Historique

Informations administratives :

Région : Bourgogne
Département : Côte-d’Or (21)
Code postal : 21110
Surface, densité et population :
– Surface : 6.1 km².
– Densité : 126 hab./km²

– Habitants en 2014 : 803
– Habitants en 2011 : 758 
– Habitant en 1990 : 675
Coordonnées : 47° 14′ 29″ Nord5° 06′ 54″ Est .

 

En savoir plus avec Alain CLEMENT, avec les remerciements du conseil municipal !!!

Qui sommes-nous, d’où venons-nous ? Essayons de nous retrouver grâce à la famille Cassini

La carte de Cassini ou carte de l’Académie est la première carte générale du royaume de France. Il serait plus approprié de parler de carte des Cassini, car elle fut dressée par la famille Cassini, principalement César-François Cassini (Cassini III) et son fils Jean-Dominique Cassini (Cassini IV) au XVIIIe siècle.

Histo

Numéro de la feuille 114 ; Dénomination Dijon ; Année(s) des levés vers 1757-1758 Année de publication 1758

H2

Régalez-vous à cette adresse et voyagez sans GPS mais avec la souris : http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/1_navigation.php

Le Blason

breblason

Ce blason représente les armoiries de Charles Martin.Charles Martin, écuyer du Duc d’Alençon, frère du roi Louis XI est seigneur de Bretenières.Il meurt en 1527 et ce sont ses armes qui sont devenues celles de Bretenières.Sa pierre tombale est visible à l’intérieur de l’église du village.

Les 3 coquilles St Jacques de couleur or font référence à un pèlerinage de Charles Martin à Saint Jacques de Compostelle en Espagne

Les 3 martinets de couleur argent sont comme les colombes, le symbole de la paix.

 

Histoire

Vestiges préhistoriques : silex chalcolithiques

villa gallo-romaine de Saint-Phal

Châtellenie de Rouvres-en-Plaine

Prieuré d’Époisses, de l’ordre de Grandmont.

Sites

Rives du canal de Bourgogne, Bois du Prince et de la Mangeotte.

Ressources et productions

Pépinière.

Céréales.

Coopérative agricole.

Institut national de la recherche agronomique (ferme-école d’Epoisses).

AGRONOV

Vie locale

Fête : en juin.

Administration

 Découpage administratif

Comme un grand nombre de communes ayant dépendu de la châtellenie de Rouvres-en-Plaine (seulement abolie en 1782), Bretenière est tout d’abord rattaché au canton de Rouvres en 1793. Ce canton sera supprimé sous le Consulat en 1801 : Bretenière dépendra alors du canton de Genlis.

Par ailleurs, entre 1790 et 1794, l’ancien prieuré d’Époisses, de l’ordre de Grandmont, supprimé par lettre patente le 3 mars 1770 et dont les biens furent dispersés l’année suivante, est progressivement absorbé administrativement par Bretenière. En 1793, on trouve ainsi la municipalité de « Bretignière & Époisse« . Le hameau de Saint-Phal est également intégré à la commune de Bretenière. Après 1801, on trouvera alternativement les deux noms de « Bretenière » et « Bretenières« .

Administration actuelle (recensement 1999)

région Bourgogne
département Côte-d’Or
arrondissement Dijon
canton Genlis

 Administration ancienne (1789-1999)

souveraineté 1789, royaume de France
1790, Côte d’Or
département 1793, Côte d’Or
1801, Côte-d’Or
district 1793, Dijon
arrondissement 1801, Dijon
canton 1793, Rouvre
1801, Genlis
municipalité 1793, Bretignière et Epoisse

Le nom

ancien(s) information non disponible actuellement
nom(s) rév. information non disponible actuellement
an II 1793, Bretigniere
Bull. des Lois 1801, Bretenières
2006 Bretenière

Le territoire communal

Absorbe entre 1790-1794, Epoisse

Sources : http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/6_index.htm

 Démographie

1. Sources : Population par commune avant 1962 (résultats publiés au journal officiel ou conservés aux archives départementales) disponible sur ce site : http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/6_index.htm . Résultats pour Bretenière : http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=5774

2. Source INSEE depuis 1962

Graphique de l’évolution de la population 1793-1999

Lieux et monuments

 Château de Bretenière(s)

 Particularités

Château XVIIIème siècle et ses dépendances, murs, grilles de clôture XVIIIème siècle et XIXème siècles.

C’est une ancienne maison-forte transformée en demeure de plaisance à partir de 1770.

Le bâtiment est doublé côté parc avec deux ailes en retour, puis l’ajout d’une salle en rotonde vers 1840. Il comprend également un vestibule et un escalier d’honneur ornés de bas-reliefs.

Au milieu du XIXe siècle, le parc est aménagé et une ferme de style néo-toscan est construite.

Le château et ses dépendances (enclos, communs, ferme,…), y compris les murs et les deux grilles de clôture du XVIIIe siècle et du XIXe siècle sont inscrits aux Monuments Historiques (arrêté du 7 octobre 1996).

Type d’étude : recensement immeubles MH

Source : Base Merimee – © Monuments Historiques, 1996

Église Saint-Phal

Breteniere_11

Église paroissiale de Bretenière : roman XIe siècle (abside en cul de four à arcatures lombardes, coupole sur trompes) ; XIIe et XIIIe siècles (nef plafonnée et transept) ; chapelle et sacristie du XIXe siècle ; mobilier du XVIe siècle.

Breteniere_4

Éléments du XVIe siècle :

dalle funéraire de Charles Martin, seigneur de Bretenières, décédé en 1527.

statue : sainte au livre (non identifiée)

groupe sculpté : Vierge de Pitié

groupe sculpté : Éducation de la Vierge

statue : sainte Marie-Madelaine

statue : saint abbé (saint Étienne de Muret (?))

statue : Vierge à l’Enfant

lambris de demi-revêtement (provenant du prieuré d’Époisses)

Prieuré d’Époisses

Vestiges d’un ancien prieuré à Époisses, de l’ordre de Grandmont : logis du XIIe siècle (restauré au XVIIIe siècle), salle capitulaire du XIIIe siècle.

Le prieuré est supprimé par lettre patente du 3 mars 1770. Un certains nombre d’éléments liturgiques en sont par la suite dispersés sous la supervision de dom

Gilbert-Mathieu Tournaire, le dernier prieur : croix-reliquaire du XIIIe siècle à Rouvres-en-Plaine (9 janvier 1771), lambris de revêtement du XVIe siècle à l’église paroissiale de Saint-Phal, …

Personnalités liées à la commune

SAINT JUST DE BRETENIERES, de son nom civil Just Ranfer de Bretenières, (Chalon-sur-Saône, 28 février 1838 – Séoul, 8 mars 1866), prêtre missionnaire, qui fait partie des 103 martyrs de Corée canonisés le 6 mai 1984, a vécu une partie de son enfance à Bretenière.

Notes diverses

GIRARD DE BRETENIERE (de Bretenaria), originaire de Bretenières, près de Genlis en Côte-d’Or. Il fut commandeur de Chalon sur Saône dès 1373, date à laquelle il avait été délégué dans ces fonctions par Jean Garnier d’Angeux.

Jumelage

Pellingen (Allemagne)

Voir aussi

Municipalité de Saint-Just-de-Bretenières, située dans la région administrative de Chaudière-Appalaches, au Québec (Canada).

Liens internes

Communes de la Côte-d’Or

Liens externes

Bretenière sur le site de l’Institut géographique national (http://www.ign.fr/affiche_rubrique.asp?rbr_id=1087&CommuneId=22396)

Bretenière sur le site de l’Insee

(http://www.recensement.insee.fr/RP99/rp99/co_navigation.co_page?nivgeo=C&codgeo=21106&theme=ALL&typeprod=ALL&lang=FR&quelcas=LISTE)

Bretenière sur le site du Quid (http://www.quid.fr/communes.html?mode=detail&id=6411&req=Bretenière)

Localisation de Bretenière sur une carte de France et communes limitrophes (http://www.lion1906.com/Pages/ResultatLocalisation.php?InseeVille=210106)

Plan de Bretenière sur Mapquest (http://www.mapquest.com/maps/map.adp?latlongtype=decimal&latitude=47.2413888888889&longitude=5.115&zoom=8)

Notes, sources et références

1.↑ Avis circonstancié appuyé sur un dossier complet composé de documents d’archives et de fac-simile de cartes historiques détaillées : « sur la carte de Cassini, comme dans le dictionnaire orthographique de 1929, le nom de la commune apparaît sans « s » final ».

2.↑ Les panneaux de signalisation routière présentent encore le nom  » Bretenières » avec un « s ».

3.↑ Population par commune avant 1962 (résultats publiés au journal officiel ou conservés aux archives départementales) disponible sur ce site : http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/6_index.htm .

Résultats pour Marsannay-la-Côte : http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=5774

4. ↑ source INSEE depuis 1962

5. ↑ Ministère de la culture – Mérimée (http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=INSEE&VALUE_1=21106)

6.↑ Ministère de la culture – palissy

(http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=RETROUVER_TITLE&LEVEL=1&GRP=0&REQ=%28%2821106%29%20%3aINSEE%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=6.

7.↑ Ministère de la culture – palissy

(http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=INSEE&VALUE_1=21106&NUMBER=2&GRP=0&REQ=%28%2821106%29%20%3aINSEE%20%29&USRNAME=nobody&7.

8. ↑ D’après le procès-verbal dressé par maître Jean-Baptiste-Joseph Dumas, conseiller du roi, notaire à Dijon.

 Récupérée de  http://fr.wikipedia.org/wiki/Breteni%C3%A8re