Edito du maire

Chers administrés,

Les rythmes scolaires de nouveau au cœur du débat. Le gouvernement, par décret, a donné la possibilité de déroger aux rythmes actuels qui sont de 4,5 jours pour notre commune. Pour en arriver là, en 2014, il a fallu débattre longuement avant de trouver une solution qui satisfasse le maximum de famille. L’organisation et la gestion des services périscolaires ont été complètement revues avec la Délégation de Service Public signée pour 4 années avec notre prestataire l’ADMR.

Une consultation a été réalisée auprès de 81 familles, il en est ressorti les résultats suivant :

  • 42 % favorables à la semaine de 4,5 jours
  • 47 % favorables à la semaine de 4 jours
  • 8,6 % sans réponse
  • 2,4 % inconnus donc non comptabilisés

Si nous rapportons le résultat au nombre d’élèves :

  • 48 % concernés par la semaine de 4,5 jours
  • 52 % concernés par la semaine de 4 jours

Plusieurs paramètres entrent en ligne de compte pour la décision à prendre. La commune a signé un Projet Educatif De Territoire de 4 ans avec l’état, la CAF et l’Académie. Le délégation de service public avec le personnel attaché, nous engage jusqu’au en 2020. Aujourd’hui la semaine de 4,5 jours fonctionne, en moyenne 75 enfants participent aux NAP, les familles se sont adaptées à ce rythme. Un retour à la semaine de 4 jours obligerait 42 % des familles à modifier leur organisation. 8,6 % des familles n’ont pas répondu, pourquoi ne pas dire que la semaine des 4,5 jours ne les dérangent pas, faites le calcul.

Les conseils d’école ont voté, en élémentaire 5 voix pour le retour à la semaine de 4 jours et 3 voix pour le rythme actuel. En maternelle, 3 voix pour le retour à la semaine de 4 jours et 4 voix pour le rythme actuel. Du fait qu’un conseil d’école, soit pour conserver le rythme actuel, clôt le débat.

Nous conservons les rythmes actuels.

Je rappelle que, même si les conseils d’école et la mairie étaient d’accord pour un retour à la semaine de 4 jours, c’est la DASEN (Directeur/trice Académique des Services de l’Education Nationale) qui prend la décision finale.

J’invite toutes les personnes concernées et/ou intéressées à lire le décret 2017-1108 du 27 juin 2017, cela permettra à certaines de ces personnes d’éviter de polémiquer.

Le Maire